Chronique de crise - la logistique face au re-confinement #4

La crise sanitaire est aussi une opportunité pour le secteur de la logistique

-

Depuis le début du re-confinement, nous faisons chaque semaine un point sur les conséquences de la crise sanitaire sur le marché de la logistique en France.

Chronique de crise #4 - 2020, année charnière pour les logisticiens


Suite à l’annonce par le Président de la République d’un allègement du confinement dès le 28 novembre, nous dressons le bilan de cet épisode et de son impact sur le secteur de la logistique. 

Dans cet article, vous retrouverez les conclusions de nos enquêtes nationales et  hebdomadaires sur le secteur du stockage auprès de nos 3 000 partenaires logistiques. En outre, afin de vous donner une vision globale du marché, nous avons également souhaité interviewer Maxime Legardez, le directeur général d’Everoad by sennder. sennder est le leader européen du transport de marchandises digitalisé et est en contact quotidien avec plusieurs milliers de transporteurs dans toute Europe.

Revivez l’impact du confinement sur le marché du stockage

Quelques jours après l’annonce du re-confinement, l'activité tient bon

Grâce aux leçons tirées du premier confinement et plusieurs mois de préparation, la plupart des prestataires logistiques ont pu maintenir un niveau de service normal ces quatre dernières semaines. 


Au sein de notre réseau, 97% des entrepôts sont restés ouverts pendant le confinement grâce à des mesures d’adaptation comme l’aménagement des espaces ou la rotation des équipes. 


C’est un gros contraste par rapport au premier confinement, pendant lequel de nombreux entrepôts ont fermé et de nombreux personnels logistiques ont été mis au chômage partiel faute de pouvoir mettre en place des mesures sanitaires adaptées. 

Derrière le maintien de l’activité, une grande diversité de situations

Le re-confinement n’a pas touché tous les pans de l’économie de manière similaire. Certains secteurs ont pu tirer leur épingle du jeu, tandis que d’autres ont subi une baisse d’activité.

Le transport, la restauration ou encore le textile ont été les plus impactés négativement par le confinement.

A l’image de ce qui se passe plus globalement dans l’économie, certains prestataires logistiques spécialisés dans l’alimentaire ou le pharmaceutique s’en sont sortis mieux que d’autres. Pour aller plus loin, consultez notre première chronique de re-confinement.


Un marché du stockage en ébullition

D’une certaine manière, le secteur du stockage connaît une embellie aux dépens de celui du transport. Avec la fermeture des commerces, les stocks tournent peu et les entrepôts se remplissent. 


L’activité s’est surtout concentrée autour des grandes villes telles que Paris, Lille ou encore Lyon. 


La carte des demandes reçues par Spacefill pendant le mois de novembre :

Carte des demandes reçues par SpaceFill en novembre 2020

Pour accéder à des statistiques détaillées par secteur, nous vous invitons à consulter notre deuxième chronique de re-confinement.

Un Noël pas comme les autres

Le confinement apporte son lot de bouleversements dans une période particulièrement clé pour les logisticiens comme pour l’économie. Certains canaux habituels de distribution comme les marchés de Noël ou les restaurants étant fermés, beaucoup d’entreprises se tournent vers l’e-commerce, ce qui exerce une forte pression sur les réseaux logistiques urbains. 


Par rapport au premier confinement, nous constatons un changement des préférences des consommateurs de la livraison à domicile vers les drive et les points-relais. Pour en savoir plus sur les impacts croisés de Noël et de la crise sanitaire sur le marché du stockage, consultez notre troisième chronique de re-confinement.

Le digital au service de la performance

Au-delà de l’e-commerce, le coronavirus a mis le digital sur le devant de la scène. En effet, les nouvelles technologies permettent un meilleur accès à l’information et une plus grande rapidité d’exécution, qui sont fondamentales pendant la crise.


SpaceFill permet par exemple une gestion en temps réel des flux et une centralisation de l’ensemble des démarches administratives pour les opérations de stockage. Cela garantit aux chargeurs de trouver de l’espace et de l’exploiter en un temps record, ce qui est capital quand la logistique se fait plus incertaine. Pour aller plus loin, faites-nous une demande de stockage.

Quel est l’impact de la crise sur le marché du transport ?

Pour vous livrer une image complète de l’industrie de la logistique, nous avons interviewé Maxime Legardez, directeur général d’Everoad by sennder. Il nous partage les enseignements de la crise sur le secteur du transport et sa vision du monde post-Covid.

Maxime Legardez, directeur général d'Everoad by sennder

Pouvez-vous présenter rapidement Everoad by sennder ?

Everoad by sennder est né de la fusion entre le n°1 français (Everoad) et le n°1 allemand (sennder) du freight forwarding digital.

Nous aidons les entreprises, de la PME au grand groupe, à organiser leur transport routier de marchandises en travaillant avec plusieurs milliers de transporteurs partenaires dans toute l’Europe. Nos clients, tels que Casino, Unilever, P&G, Henkel, etc., ont également accès à une plateforme digitale pour gérer leurs flux de transport.

sennder est aujourd’hui présent dans 7 pays en Europe, dont la France et l’Allemagne, et nous avons récemment fait l’acquisition des activités de fret européen d'Uber pour consolider notre position de leader sur le continent.

Quel a été l’impact de la crise sur l’activité d’Everoad / sennder ?

Chez Everoad by sennder, nous avons vécu cette crise comme une opportunité d’aider nos clients face à une situation incertaine.

Le transport de marchandises est la colonne vertébrale de l’économie, notre activité ne s’est donc pas arrêtée pendant le confinement et la période a été particulièrement chargée pour nous.

Cela dit, notre situation est privilégiée. Il ne faut pas sous-estimer l’impact négatif de la crise sur nombre de nos clients et partenaires. Certains d’entre eux ont été fortement touchés par la crise, voire ont dû cesser leur activité.

Par ailleurs, je pense que le monde de la logistique a gagné 5-10 ans avec la crise du coronavirus. Traditionnellement peu à l’aise avec la technologie, les logisticiens ont vu les bénéfices que pouvaient apporter les outils digitaux dans un climat d’incertitudes sur le marché.

Dans ce contexte, notre technologie se révèle donc un immense atout pour les expéditeurs, elle est source de flexibilité et de traçabilité. Par conséquent, nous avons non seulement pu accompagner nos clients à distance mais nous en avons aussi gagné de nouveaux. À l’inverse, les commissionnaires de transport classiques ont eu plus de mal à s’adapter à la situation.

Y a-t-il des différences marquantes entre la France et l'Allemagne dans le secteur de la logistique ?

L’Allemagne est un bon élève en matière de logistique. Elle concentre beaucoup plus de grands champions, comme DHL ou DB Schenker, que la France. L’Allemagne compte aussi beaucoup plus d’emplois logistiques que la France (+30% de postes en plus sur le territoire allemand).

D’un point de vue stratégique, le gouvernement allemand a toujours considéré la logistique comme un axe de différenciation majeur, alors qu’en France la logistique est plutôt perçue comme un sujet opérationnel, un centre de coût. Heureusement, c’est en train de changer. Depuis 2 ans, nous remarquons que les directions générales sont de plus en plus impliquées dans les discussions sur le transport. Les échanges ne tournent plus uniquement autour des prix, mais portent plus globalement sur l’optimisation des Supply Chains. Cela va s’accélérer dans les années à venir.

A l’échelle de sennder, je n’ai pas vu de différence fondamentale entre les équipes françaises et allemandes. Nous sommes confrontées aux mêmes problématiques, à savoir l’opacité du marché du transport, la fragmentation des transporteurs européens, et la faible digitalisation qui pèse sur l’efficacité des méthodes de travail. Il reste encore beaucoup à faire.

Everoad by sennder

Quel bilan tirer de l’impact du coronavirus sur l’activité du transport ?

Il est encore trop tôt pour parler de bilan, mais pour nous la crise sanitaire a eu un impact plutôt positif sur le secteur. On a pris une bonne douche froide, et cela a forcé tous les acteurs à s’adapter, à la fois sur le terrain et dans les sièges sociaux. On dit que c’est en temps de crise que les hommes arrivent le mieux à se remettre en question et à progresser. Je pense que c’est ce qui se passe en ce moment dans le secteur de la logistique.

Aujourd’hui, la technologie n’est plus perçue comme un gadget mais a montré qu’elle pouvait être un outil particulièrement utile pour les logisticiens. Les entreprises qui ont entamé leur transformation digitale il y a quelques années s’en sortent beaucoup mieux que les autres.


Quel service apporte Everoad / sennder dans les situations d’urgence et d’incertitudes ?

En une phrase, nous permettons aux expéditeurs une gestion simplifiée de leur transport à tous les niveaux.

Le transport de marchandises est déjà complexe en temps normal, il l’est encore plus en temps de crise. Grâce à notre plateforme digitale, les entreprises peuvent gérer leur chaîne de valeur de A à Z. Elles peuvent planifier leurs trajets en ayant une visibilité en temps réel sur les capacités de transport. Elles ont également accès à des données agrégées sur le marché, ainsi qu’à des données sur leurs opérations (coût par ligne, nombre de retard, nombre de no-show…) via un dashboard personnalisé.

Comment voyez-vous le futur de la logistique dans un monde post-Covid ?

Une grande partie des métiers de la logistique vont être amenés à évoluer, parfois même à disparaître. Par exemple, le métier d’affréteur va fondamentalement changer avec la montée des algorithmes de matching. Les tâches répétitives et à faible valeur ajoutée vont être automatisées, dégageant du temps pour des tâches à plus forte valeur ajoutée, comme les discussions avec les clients ou la réflexion stratégique.

Par ailleurs, l’analyse et l’utilisation des données vont devenir de plus en plus cruciales pour mieux piloter les Supply Chains. Cette tendance va s'accélérer avec l’émergence de startups technologiques dans le secteur.

J’aime voir le verre à moitié plein. 2020 a été une année difficile mais charnière et utile pour l’ensemble des professionnels de la logistique.


Pour vous faire accompagner sur vos projets logistiques, remplissez ce questionnaire ou appelez-nous au 01 84 80 88 82. 

Trouvez de l'espace pour vos marchandises

SpaceFill vous apporte la meilleure solution de stockage à proximité de votre besoin grâce à son réseau de 3000 entrepôts logistiques.

Un problème ? une question ?
Contactez-nous directement

01 88 24 12 12
logo pasquier
logo plg
logo aoste
logo rousselot

Quel est votre besoin de stockage ?

Merci nous vous contactons dans les plus bref délais
Oops! Merci de bien remplir le formulaire

Nos ressources

Découvrez comment le numérique transforme la logistique

Trouvez de l'espace pour vos marchandises

SpaceFill vous apporte la meilleure solution de stockage à proximité de votre besoin grâce à son réseau de 3000 entrepôts logistiques.

Un problème ? une question ?
Contactez-nous directement

01 88 24 12 12
logo pasquier
logo plg
logo aoste
logo rousselot

Quel est votre besoin de stockage ?

Merci nous vous contactons dans les plus bref délais
Oops! Merci de bien remplir le formulaire