v

Contactez-nous

L’efficacité du Cloud appliquée à votre chaîne logistique

La logistique des vaccins - l'ultime défi d'une année sans précédent

La logistique joue un rôle central dans la gestion de la crise du coronavirus

Au moment où s’intensifie la plus grande campagne de vaccination de l’histoire, les disparités entre les pays se font de plus en plus criantes. Leur origine ? Des problématiques essentiellement logistiques liées à la difficulté de déplacer, stocker et distribuer un produit particulièrement sensible.

La logistique des vaccins - l'ultime défi d'une année sans précédent


En temps de crise, “les amateurs parlent de stratégie. Les professionnels, eux, parlent logistique”. Pour le général américain Omar Bradley, une des têtes pensantes du débarquement, rien de grand ne se fait sans une logistique bien huilée. Après une année 2020, où cette dernière s’est révélée la colonne vertébrale d’une économie bouleversée par la crise du coronavirus, ces paroles résonnent d’autant plus fortement dans l’imaginaire collectif.

Dans un contexte de modifications des canaux de distribution, d’augmentation drastique de la demande pour certains produits et d’effondrement des ventes pour d’autres, l’année a été chargée pour les logisticiens. Face à ces défis, la logistique a non seulement prouvé son importance capitale, mais aussi sa capacité à s’adapter rapidement aux règles toujours changeantes imposées par la crise. 

Pourtant, le défi logistique le plus complexe est encore à venir. C’est même sur ce dernier que repose le retour à la vie normale. En effet, suite à la découverte en un temps record de plusieurs vaccins efficaces contre le virus, les logisticiens se préparent à les distribuer dans le monde entier. L’acheminement du vaccin présente un challenge inédit et pourrait à lui seul déterminer le succès des campagnes de vaccination. En effet, le vaccin peut exister et avoir une efficacité de 100%, s’il ne parvient pas à temps à la population, il n’atteindra pas son objectif. 

Dans cet article, découvrez comment la filière se prépare à la plus grande opération logistique depuis des décennies. Pourquoi, au-delà du volume inédit, le vaccin présente des défis sans précédent pour la profession ? Quels outils et techniques peuvent aider les logisticiens à s’adapter aux nouvelles problématiques posées par le vaccin ?  


Où en est-on avec les vaccins ?

Plusieurs vaccins ont passé les dernières phases d'essai et sont disponibles depuis la fin de l’année. En particulier, les vaccins développés par Pfizer et BioNTech d’un côté, et par Moderna de l’autre. Le vaccin développé par Sanofi, sur lequel la France avait parié, ne sera malheureusement pas disponible avant la fin de premier semestre 2021.

Pfizer-BioNTech et Moderna ont demandé une approbation d’urgence aux autorités sanitaires pour déployer le vaccin dès janvier 2020. La France a déjà pré-réservé 90 millions de doses qui arriveront à partir du premier trimestre 2021.

La vaccination a très vite commencé, au 7 janvier 2021, on observe une forte disparité entre les pays. Alors que certains ont déjà vacciné plusieurs millions de personnes, d'autres, comme la France accusent un certain retard. Principalement à cause de questions logistiques.


De fortes disparités en termes de vaccination au début janvier - Crédit image : BFMTV



Pourquoi est-ce une défi logistique ?

L'exigence d'une chaîne du froid extrême

Composés de fragments d’ARN messager (ARNm) qui se dégradent à température ambiante, les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna doivent être conservés à des températures respectives de -80°C et -20°C pour préserver leur efficacité. Il faut donc respecter une chaîne du froid stricte, du moment où les vaccins sortent des laboratoires jusqu’à leur administration, un processus qui peut s’étendre sur plusieurs semaines et impliquer plusieurs changements de main. 

Or s’il existe des infrastructures logistiques capables de traiter ce type de températures, celles-ci sont en nombre très limité en France et ailleurs dans le monde. En effet, les réfrigérateurs classiques sont à des températures de 2°C à 8°C, et ceux utilisés dans les entrepôts professionnels pour la conservation des aliments ne peuvent descendre qu’à -25°C. 


Une solution habituellement disponible est de travailler sur la formule du vaccin pour en améliorer la stabilité à des températures plus élevées. Malheureusement, cela requiert des années de travail, ce qui n’est clairement pas une option dans le contexte pandémique actuel. Rappelons-le, le nombre de cas confirmés de Covid-19 a dépassé 18 millions en Europe et 62 millions dans le monde, avec près d’un million et demi de morts.

Après le développement en un temps record d’un vaccin efficace, il incombe aux logisticiens de s’adapter aux contraintes techniques que cette rapidité a engendrées. Il faut donc s’équiper en conséquence et nombre d’entrepôts vont devoir se doter de “super congélateurs”, comme ceux développés par le français Froilabo. 


Les super-congélateurs développés par Froillabo :

Crédit image : Philippe Desmazes / AFP

Quant aux transporteurs, ils vont devoir se procurer des conteneurs isothermes, comme ceux  du Français Olivo, ainsi que de la glace sèche (dioxyde de carbone solidifié) qui devra être ajoutée régulièrement aux conteneurs pour maintenir leur température. 


Le conteneur isotherme développé par Olivo :

Crédit image : Usine Nouvelle

Un volume historique à distribuer en temps record

Au-delà du respect de la chaîne du froid, les logisticiens sont engagés dans une course contre la montre. Comme évoqué précédemment, le vaccin est attendu avec impatience pour mettre fin à une pandémie qui bouleverse la planète entière depuis plus d’un an.

Or l’opération est d’une envergure inédite : il s’agit de livrer 10 à 15 milliards de doses de vaccins dans le monde entier. Rien qu’en France, il faut livrer plusieurs centaines de millions de doses. C’est une opération qui n’a jamais été tentée auparavant, même dans le cadre d’autres pandémies comme le H1N1.

Pour assurer une grande vitesse de distribution, il faut trouver des solutions à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement. Par exemple, il sera nécessaire d’accélérer les procédures de douanes et d’autoriser plus de compagnies aériennes à se poser dans les aéroports de région pour rapprocher les vaccins des patients.


Une mobilisation inédite des acteurs logistiques


Comme jamais auparavant, l'acheminement du vaccin implique un large ensemble d’acteurs institutionnels, économiques et logistiques. Dans ce contexte, la concurrence laisse place à la coopération, car aucune entreprise ne peut à elle seule gérer les volumes en jeu.

Les géants de la logistique comme DHL, UPS, Fedex, ou Kuehne+Nagel se préparent depuis des mois à l’arrivée des vaccins. Ce dernier a annoncé en septembre l’ouverture de hubs logistiques aéroportuaires dédiés à la pharmacie et la santé, avec accès direct au tarmac, à Bruxelles (Belgique) et Johannesbourg (Afrique du Sud). De même pour les compagnies aériennes, qui se mobilisent malgré leur fragilisation par les restrictions de voyage. Air France KLM a par exemple créé une task force en interne, chargée d’élaborer son plan d’action pour distribuer le vaccin. La compagnie a d’ores et déjà mis en place des chambres à température contrôlée dans ses hubs de Paris-Charles de Gaulle et Amsterdam-Schiphol.

Cependant, il existe encore de nombreuses incertitudes qui empêchent une préparation optimale, telles que la date de disponibilité des vaccins, leur lieu de production, ou encore la stratégie de vaccination des différents pays (nombre de personnes à vacciner, points de vaccination…).

Illustration d'une palette

Convaincu ? Construisez le futur de votre chaîne logistique dès aujourd’hui.

Commencer maintenant